lundi 10 décembre 2012




Honfleur sous la neige




BON NOËL A TOUS !
 
DU RIFIFI DANS L'EDITION

autoédition, albums ou calendriers photos,
édition numérique,
que faire et que choisir ?


Auto édition

La vieille dame qui lisait des romans
pornos
Isaure de Saint Pierre

Chacun pouvait déjà faire éditer son propre album de voyages, consacrer un album aux événements majeurs de sa vie, de celle d’un enfant, le faire imprimer en un ou plusieurs exemplaires pour l’offrir aux intéressés. Et puis, suivant comme d’habitude l’exemple américain avec quelques mois de décalage, tout se précipite. De nouveaux éditeurs se présentent et éditent en numérique des livres que l’on peut charger pour trois fois moins cher qu’une édition normale sur ordinateur ou sur « liseuse », d’après Darty le cadeau de Noël le plus demandé aujourd’hui. Des logiciels bien expliqués et assez faciles à suivre permettent à l’amateur de publier ses propres livres – adieu les publications « à compte d’auteur » hors de prix ! S’il en achète cinq exemplaires, cette publication est gratuite et mise au sommaire de Shop my Book. Quand on sait qu’un mauvais livre style « romans de gare » comme Trente-cinq couleurs de gris, d’un érotisme de bazar, a fait un score retentissant aux States sur le Net et que ses droits viennent d’être rachetés une fortune chez Lattès, on se demande bien entendu si tout n’est pas en train de changer dans le domaine du livre. Il y aurait-il quelque chose de pourri au royaume de l’édition ? Seul moyen de comprendre ce qui nous arrive et d’en juger, essayer les deux procédés, autoédition et édition numérique. C’est à présent chose faite. Mon premier livre auto édité, « La vieille dame qui lisait des romans pornos » est maintenant prêt à acheter sur le site Shop my Book.  

 

Renouant avec ses premières amours, un érotisme chatoyant s’exprimant au niveau du ressenti, Isaure de Saint Pierre s’amuse, avec ce roman inédit, à brouiller les cartes et à modifier son image d’historienne.

 Anti-conformiste comme l’auteur l’a toujours elle-même été, cette « vieille dame » se souvient, critique son clan, aime encore et part à la découverte de « l’enfer » de son beau-père. Ce qui la mettra, elle et son vieux soupirant, sur la trace d’un crime commis lors de licencieux rendez-vous de châtelains bien sous tous rapports. Erotisme et enquête se mêlent pour inaugurer peut-être un nouveau genre, le polar érotique.

Grand reporter et auteur d’un blog « Isaure de saint Pierre en voyage », l’auteur entraîne ses lecteurs à la découverte de sensations neuves, de personnages hors du commun. Quand elle voyage dans le temps pour ses romans historiques, ses héroïnes nous deviennent étrangement familières. Ouverte aux innovations de notre époque, elle se lance dans l’édition numérique et l’auto édition afin de rendre la lecture accessible à tous et de préserver nos forêts.

 




Parution numérique :

Le prince Fédor

d’Isaure de Saint Pierre

 

 

Bien sûr, en édition numérique, l’auteur n’a plus l’émoi du livre qui a si longtemps habité sa pensée est qui est devenu objet, qu’il peut enfin saisir, humant l’odeur du papier fraîchement imprimé, tournant les pages crissant délicieusement entre ses doigts. Mais refuser une nouveauté me semble aujourd’hui où tout va si vite aussi stupide que de nier autrefois téléphone fixe, puis portable, radio, télé, ordinateur ou internet. Les éditeurs sont bien sûr affolés par cette innovation qui leur échappe ou à laquelle ils se rattachent avec mauvaise grâce, allant jusqu’à faire payer au lecteur les livres numériques aussi cher que les éditions poches. N’oublions pas qu’il y a de moins en moins d’intermédiaires entre auteur et lecteur. N’oublions pas qu’il ne faut plus ni papier ni imprimeur, ni coûteuse livraison aux divers points de vente, ni malheureux retours, ni  stockage des livres, d’ailleurs de plus en plus remplacé par le triste pilon… Quand j’ai été contactée par un sympathique couple de jeunes éditeurs numériques, Agnès et Christophe, ils m’ont avoué n’être que deux à faire tourner leur boîte, les éditions Néobook. Elle avait déjà une expérience de quatre ans d’édition classique, lui est un petit génie de l’informatique ayant l’immense avantage de donner à son malheureux auteur un peu débordée par la technique des explications claires et précises, enfin délivrées de tout jargon.

Cette année, pour le prochain Noël, les ventes de « liseuses » explosent. Les moins coûteuses sont à moins de 80 E et peuvent contenir 1500 livres. Pas mal pour toute une bibliothèque qui tient dans la poche ! La lecture en est plus facile que celle d’un ordinateur, l’écran faisant bien moins mal aux yeux. Chez un vrai amoureux des livres, ceux-ci ont une fâcheuse tendance à conquérir le moindre pouce de son univers et à attirer comme par un fait exprès toute la poussière de la planète. Au prix actuel de l’immobilier, on parvient déjà mal à se loger dans les grandes villes et qu’en est-il si on trimballe deux mille livres, le double ou plus dans son sillage ? Si on aime lire dans son lit ou dans les transports, une liseuse est moins lourde, moins encombrante qu’un bon gros pavé. Alors, pourquoi hésiter encore ? Et pensez au nombre de forêts épargnées !

Bref, sans renoncer encore au papier, je souhaite tâter un peu du numérique et mon prochain roman va sortir la semaine prochaine chez Neo Book (voir leur site). Autre avantage, chez eux, le téléchargement des œuvres classiques est gratuit.  Voici donc mon petit dernier :

 

Le Prince Fédor

Un livre d’ Isaure de Saint Pierre

Résumé

Qui est donc cet homme mystérieux qui se fait appeler « Prince Fédor » ? On le dit trafiquant d'armes ou de drogues, faux-monnayeur ou héritier d'une immense fortune.

Bien des questions tournent autour de ce personnage et d’avantage encore lorsque ce dernier vient s'installer dans l'une des plus belles et prestigieuses demeures de Normandie, Pont-Damien, non loin de Deauville. Son but ? Retrouver celle qu'il aime mais dont il s'est éloigné, vingt ans plus tôt, au lendemain d'un drame qui les a tous les deux marqués à vie. Jusqu'où sera-t-il prêt à aller pour la reconquérir ?

Avec un style incisif et poétique, Isaure de Saint Pierre évoque cette Normandie où elle habite souvent. Grand reporter et auteur d’une trentaine de romans et romans historiques, elle sillonne le monde pour faire découvrir à ses lecteurs ses coups de coeur.

 

À propos de l’auteur

Grand reporter freelance, Isaure de Saint Pierre sillonne le monde à la recherche de personnages hors du commun, de régions encore à découvrir, de coups de charme ressentis. C’est ainsi qu’elle a bien connu le dalaï lama ou le professeur Yunus, Prix Nobel de la Paix pour son invention du Micro Crédit, les rencontrant respectivement dans leur retraite de Dharamsala, en Inde, ou de Dacca, au Bengladesh. Elle s’attache ensuite à faire partager ses coups de coeur à ses lecteurs. Auteur d’une trentaine de romans, notamment historiques, souvent traduits en poche ou à l’étranger, elle aime aussi à voyager dans le temps, en quête de figures de légende qu’elle s’efforce ensuite de faire revivre. Ecrire est pour elle une affaire de famille, puisqu’elle est aussi la fille de Michel de Saint Pierre.

Notes techniques

Livre électronique optimisé pour une lecture sur tablettes et liseuses toutes marques.

Genre et cible du livre

Ce livre fait partie de la collection NeoFiction, consacrée aux romans contemporains.

Avec son style incisif et poétique, ce roman est destiné à tous les amateurs de littérature et aux amoureux de la Normandie, principal lieu de l’intrigue.

Taille

Taille du texte

Le livre comporte 65 640 mots. Le format électronique adapte le nombre de pages en fonction de la taille de l’écran de la liseuse utilisée.

Place occupée sur la liseuse

Le livre est fourni en deux formats pour assurer une compatibilité sur tous les systèmes. Les formats sont les suivants : Format
Place occupée
Marques compatibles
ePub
800Ko
Apple, Sony, Kobo, Androïd, Bookeen
Mobipocket
4Mo
Kindle, Bookeen

 

 

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire