mardi 15 octobre 2013

HÔTEL DE CHARME


Albi, un hôtel dans les anciens moulins de la ville rouge

Le Mercure d'Albi, un ancien moulin situé sur le Tarn


Le Mercure : d'harmonieux bâtiments du XVIII è surplombant le Tarn

La cathédrale vue du Mercure

 
 
Cette profusion de briques rouges reflétée avec opulence dans les eaux bleues du Tarn contribue à la féerie d’Albi, l’antique cité épiscopale classée depuis trois ans au patrimoine de l’humanité. Dormir au Mercure, face à la cathédrale Sainte-Cécile et au palais de la Berbie, ancienne demeure de l’évêque, constitue un plaisir rare, en particulier à l’heure du couchant, quand le soleil étreint toits et vieilles briques dans son étreinte pourpre. Cet ensemble de bâtiments où l’hôtel Mercure s’est installé en mai 1987, après deux ans de travaux de réhabilitation, fut autrefois une minoterie. Les Grands Moulins Albigeois du Tarn ont en effet été commencés de construire en 1770 et agrandis durant tout le XVIII è siècle. La partie minoterie, attenante à l’hôtel, abrite aujourd’hui le Comité Départemental du Tourisme. Encore agrandi au cours du XIX è siècle, le site abrita alors la fabrique des pâtes du Soleil, où s’est installé l’actuel hôtel. Une autre partie, celle où l’on séchait et emballait les pâtes, renferme à présent le Musée Lapérouse et se consacre à retracer la vie du grand explorateur.


La majesté du Tarn vue du Mercure

Le confortable salon-bar du Mercure

Une chambre

Cette vaste « Vermicellerie » a employé jusqu’à deux cents personnes et n’a fermé ses portes qu’en 1974. Après dix ans d’abandon et une considérable dégradation des lieux due surtout à l’humidité, les travaux furent difficiles. Ils eurent le mérite de respecter la belle harmonie des murs épais de 1,80 mètres à la base et formant d’élégants arrondis permettant une vue plongeante sur les chutes du Tarn, le pont  du 22 Août 1944, théâtre de sanglants combats et reliant le Bd de Strasbourg aux Lices Georges Pompidou, puis le Pont Vieux datant du XI è siècle.

Une déco moderne et confortable rehausse le charme des vieilles briques sans leur nuire. Bref, un lieu délicieux où savourer Albi, son musée Toulouse-Lautrec renfermant plus de mille de ses œuvres, les hôtels Renaissance, le cloître Saint-Salvy et les autres moulins du Tarn que sillonnent toujours les gabarres à la voile carrée.

 
Les toits du Mercure quand le soleil couchant prend Albi dans son étreinte


Hôtel Mercure, 41, rue Porta, 81 000 Albi, Yél. : 05 63 47 66 66.

 

 

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire