dimanche 14 septembre 2014

COUP DE COEUR

Rivau un château de conte de fées

 


Situé tout près de Chinon, en Touraine, le château de Rivau fut édifié au XIII è siècle, puis la forteresse médiévale fut largement embellie sous la Renaissance.

 
La forteresse médiévale adoucie par l'art de la Renaissance semble surgir de son
écrin de fleurs




Des citrouilles attendant leur princesse



On voit encore l'antique machine de guerre
La cour de Rivau



Fief de l’illustre famille des Beauvau, qui pouvait rendre hommage à son suzerain, le comte d’Anjou, l’épée au côté, debout, et le chapeau sur le chef, la forteresse de Rivau appartint notamment à Pierre de Beauvau, familier du dauphin Charles VII.

En 1429, Jeanne d’Arc, en allant rejoindre son compagnon La Hire à Poitiers, séjourna à Rivau, où elle acquit des chevaux de combat. Devenu chambellan de Charles VII, alors réfugié à Chinon, ce même Pierre de Beauvau obtint l’autorisation de faire de son castel une vraie machine de guerre pourvue d’un massif donjon et de larges douves. Au milieu du XV è siècle, par le mariage d’Isabelle de Beauvau avec Jean II de Bourbon, ils s’allient même à la famille royale. Ce fut ensuite Pierre de Beauvau qui, sous François Ier, pourvut le château de monumentales écuries royales. Un siècle plus tard, les fenêtres gothiques furent agrandies dans le goût de la Renaissance, un bel escalier mis en place. Sous Louis XIV, la terre de Rivau fut érigée en marquisat, mais le marquis de Rivau, ruiné, dut céder son domaine à Henriette de Buade. Au XVIII è Rivau fut acheté par le marquis de Castellane, également seigneur de Villandry et resta dans sa famille jusqu’en 1796. Divers propriétaires se succédèrent au cours du XIX è siècle, jusqu’à ce que le château fût classé monument historique en 1911.
Une parure de dahlias



Des robes sculptures pour belles de jadis
Détail de la table


L'évocation de Jeanne d'Arc

Dans l'esprit della Robia une insolite dame aux mouchoirs

Les fastes de la chapelle

Les propriétaires actuels, Eric et Patricia Laigneau, l’achètent en 1992 et entreprennent d’importantes restaurations, redessinant les jardins où sont exposées d’insolites sculptures et les dotant d’un potager digne de ceux de Villandry, restaurant les écuries qui abritent un spectacle audiovisuel lié à la chevalerie, meublant le château en y mêlant des créations contemporaines, puis ouvrant le domaine au public.
Les anciennes écuries royales

L'exubérance du potager oeuvre d'art


Quand les légumes deviennent des ornements

Le godillot du jardinier

Un spectacle audiovisuel consacré aux chevaux et à la chevalerie


Des bottes sculptures

  1. 9 Rue du Château, 37120 Lémeré
    02 47 95 77 47

 

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire