mardi 18 avril 2017

AUTHENTIQUE LOIRE

La Loire, au centre de la région Auvergne-Rhône-Alpes

La Loire aux Deux Becs, un courant encore fougueux


            Les espaces naturels de la Loire
Traversée de bout en bout par ce fleuve qui n’est ici que tumultueux et prendra sa majesté plus tard, dans les régions si aimées de nos rois de France et parsemées de leurs luxueux châteaux, la Loire est un ancien territoire industrialisé qui retrouve à présent son vrai visage : gorges puis rives un peu encaissées, molles collines hérissées de pitons rocheux sur lesquels s’élèvent une église fortifiée ou un château autour desquels s’accroche un village souvent de caractère, profondes forêts, vastes étangs. Le paysage varie lorsque l’on passe des bocages du Roannais à la plaine du Forez, des monts de la Madeleine ou du Forez à ceux du Beaujolais et du Lyonnais ou du massif du Pilat à la vallée du Rhône. Partout dans ce département, on s’attache aujourd’hui à retrouver ces espaces naturels souvent dégradés par une agriculture trop intensive ou les besoins de l’industrie.

L'étang David, un lieu sauvage non loin des habitations

Un buffet campagnard pour présenter
 les spécialités locales

Torturée par les machines, la colline montre ses viscères,
des roches vieilles de 30 millions d'années...

Trois sites naturels préservés illustrent bien cette volonté de redonner sa place à la nature. Il y a quelques siècles, 800 étangs creusaient les quelques 3000 hectares de la plaine du Forez. Accusés d’être porteurs d’épidémies, nombre d’entre eux furent asséchés. Aujourd’hui au contraire, on leur redonne vie. Ainsi le domaine de l’étang David, le plus méridional de ceux de la plaine du Forez, comporte 30 hectares d’eau, prairies et bois, ainsi que d’anciennes fermes donnant une juste idée de la vie rurale au XIX è siècle (Commune de Saint-Just-Saint-Rambert, Tél. : 04 77 52 48 53 et www.stjust-strambert.fr.)
Qui dit département de la Loire dit bien sûr fleuve du même nom. Au cœur de la plaine du Forez, au lieu dit les Deux Becs, un sentier pédagogique propose une jolie balade sur les bords de la Loire, qui n’est alors qu’un fougueux torrent traversé de petites cascades. D’anciennes gravières ont été recolonisées par la forêt, qui fait oublier la main de l’homme (Sentier de la forêt Vierge, Tél. : 04 77 48 40 29 et www.loire.fr).
A Saint-Georges-Hauteville bourdonnent les grues, pelleteuses et autres excavatrices creusant la colline sans relâche pour en extraire ses pierres. Le site est impressionnant et, si l’on ne peut le qualifier de naturel, il donne une juste idée des divers strates de roches ayant existé là il y a trente millions d’années, quand y sévissait un climat tropical permettant aux crocodiles ou à leurs ancêtres de barboter béatement dans les mares d’alors (Tél. : 04 77 48 40 29 et www. loire.fr).

Au restaurant étoilé du Château-Blanchard, un dessert comme un jardin

Une étape gastronomique à ne pas manquer est le restaurant de l’hôtel du Château-Blanchard, récemment étoilé, et ses spécialités de poissons (Tél. : 04 77 54 28 88 et www.hotel-chateau-blanchard.com).

Champdieu, un attachant « village de caractère »
            Les villages médiévaux « de caractère » ne manquent pas dans ce département. Citons Saint-Jean-Saint-Maurice, Le Crozet, Montarcher, Saint-Bonnet-le-Château, Marols, Malleval ou Sainte-Croix-en-Jarez. Tous ont leur charme, leurs vieilles bâtisses, leurs églises altières, mais l’un d’entre eux, Champdieu, nous a particulièrement séduits par son étonnante église-forteresse, ses maisons du Moyen-Age, ses restes de remparts…
Cette belle porte médiévale ouvre sur la
maison de retraite de Champdieu

La formidable masse du monastère-forteresse de Champdieu

Clocher et murailles de l'église de Champdieu

La douceur paisible de la crypte

La fresque un peu naïve et le plafond à caissons du réfectoire

Le cloître croulant sous une
 glycine romantique
L'atelier d'Antoinette à Champdieu

Benjamin Roffet et Gilles Bonnefoy
observant les promesses de la vigne

Dès que l’on franchit la porte s’ouvrant dans les remparts qui ceignaient autrefois entièrement le village, on découvre les ravissantes ruelles pavées bordant des maisons aux massives pierres faites pour durer. Surtout, on est surplombé par la masse écrasante de cette église-forteresse abritant autrefois un monastère, son père abbé et ses douze moines, un cloître en partie reconstruit, les vastes salles du chapitre et réfectoire orné d’une belle fresque représentant bien sûr la Cène, un petit musée contenant statues et objets sacerdotaux (Tél. 04 77 97 71 83 et mairie-champdieu-animation@orange.fr). Au pied de l’église, la charmante boutique d’Antoinette renferme un appétissant bric-à-brac de produits régionaux et objets décoratifs (Tél. : 04 77 76 35 61 et www.atelierdantoinette.fr).
Rien de mieux pour se mettre en appétit que de déguster les Côtes du Forez et les vins bios d’un vigneron indépendant, Gilles Bonnefoy, tout en profitant des commentaires de son copain, meilleur sommelier de France 2010, Benjamin Roffet (AOP-Cotes du Forez, Tél. : 04 77 97 07 33 et www.vins-g-bonnefoy.com).
Le restaurant du Buffet de la Gare à Champdieu

Dépaysement garanti en dégustant la cuisine traditionnelle du restaurant le Buffet de la Gare, aménagé en effet dans l’ancienne gare désaffectée de Champdieu (Tél. : 04 77 97 19 78 et www.lebuffetdelagare-champdieu.fr).

Paul Laurent dans la boutique de son moulin à huile

Cuisson des graines de colza

Une fois moulues, elles donneront cette
huile qu'il faudra encore décanter huit jours

A Savigneux, Paul Laurent nous charme par ses impressionnantes rouflaquettes, ses airs bonhommes, sa drôlerie et ses incomparables huiles, celle de colza étant sa spécialité, avec celle de tournesol ou de sésame. Sa boutique, où l’on peut déguster toutes ses huiles, jouxte son moulin où les graines de colza sont grillées, moulues, puis décantées pour fournir cette huile si riche en omégas 3 précieuses pour une bonne santé (Tél. : 04 77 58 32 45 et www.moulin-huile-paullaurent.fr).

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire