vendredi 13 mai 2016

TOUS LES BAINS


Baths round the world

 

Ne parlons pas ici de rivages marins sublimes, il y en a tant que les énumérer ne serait que fastidieux, mais seulement de quelques lieux privilégiés, piscines, bains, lagons ou rivières aménagés de façon surprenante pour le seul plaisir d’y barboter béatement, d’y pratiquer un sport nautique inhabituel, voire de s’y purifier, selon certaines croyances. Tintine, au cours de ses pérégrinations, en a découverts quelques uns qui l’ont surprise ou comblée, sans prétendre bien sûr avoir fait le tour de la question – il faudrait plus d’une vie pour ça. Voici quelques unes de ses trouvailles.
 

lagune et bains du Blue Lagoon non loin de Reykjavic


En Islande, l’île de la glace, il est par exemple surprenant de se baigner quand il y a encore de la neige dans les bains chauds de la centrale thermique du Blue Lagoon, non loin de la capitale Reyjkavik. A côté de l’emplacement réservé aux bains et assez coûteux (50E l’entrée, soins et locations diverses restant ruineux), mais vaste et bien emménagé pour ne pas gâcher l’environnement naturel de roches noires et volcaniques, il existe aussi un vaste lagon bleuté, interdit aux bains celui-ci, d’une beauté surnaturel. Plus modeste, celui proche du lac Myvatn, dans le nord-est de l’île, donne l’illusion de se baigner dans un cadre presque naturel et plus éloigné d’une autre centrale plus exiguëe. Il est aussi bien moins cher (12E l’entrée hors saison, la saison allant de juin à septembre en Islande).
 
Jolie naïade au Blue Lagoon


Bains plus intimes au lac Myvatn

Dans les Alpes, à la station de sports d’hiver de Sas-Fée, à l’Alpentherme, la magnifique piscine surprend pas son luxe, puisqu’elle est décorée comme un salon d’apparat, avec lustre majestueux et tableaux aux murs.
 
Piscine et jacuzzi à Sas-Fé


L'Alpentherme

Les bains deviennent presque un art de vivre en Orient et en Asie, mais les piscines en bien des pays musulmans sont interdites aux femmes, ce qui reste bien frustrant. Rien de tel dans le sultanat d’Oman où le superbe complexe du Shangri-L’as, en fait trois luxueux hôtels sur le même site et l’on peut jouir des agréments des trois quand on y réside, offrent tout un choix de piscines et bassins au bord de la mer, en y mêlant judicieusement une élégante architecture orientale. La plus agréable à mon sens étant la piscine à débordement jouxtant la mer de si près que l’on croit s’y baigner.

L'enchanteur complexe du Shangri-L'as


A Singapour, dans le luxueux hôtel du Marina Bay Sand planté dans la lagune, au 57 ème étage, parmi un joli jardin tropical, la piscine, également à débordement, donne l’illusion de voler en plein ciel, parmi les gratte-ciels, loin en contrebas !
 


Au 57è étage, parmi les gratte-ciel, la piscine à débordement du Marina Bay Sand




A Bali, dans le temple bouddhiste d’Air Panas Banjar, au nord-ouest de cette île où les habitants sont en grande majorité de confession hindouiste, les sources chaudes permettent une délicieuse et insolite baignade parmi statues et végétation luxuriante.
 

En pleine forêt tropicale, Air Panas de Banjar, un temple
hindouiste dédié à l'eau


Vang Vieng, au Laos, n’était il y a encore dix ans qu’un tout petit village en pleine jungle, baigné par une large rivière. Les routards de tout poil l’ont élu pour une halte nautique déjantée. On y pratique le tubing, le kayak, l’acrobatie au bout de cordes, on s’y baigne dans un délicieux lagon bleu, encore un. Et, la nuit, on y danse follement sur les innombrables passerelles surplombant la rivière, une insolite manière de faire la fête !
Tubing à Vang Vienf

Acrobaties

Ambiance rivière

Le Blue Lagoon, encore un !

C'est toujours la fête sur les passerelles
Baignade des gamins Hmongs

En Inde, tous les sept ans, une Kumbha Mela, le bain sacré des sadhus, les ascètes qui vont nus pour l’occasion par souci de purification et d’humilité, le corps couvert de cendre, s’immergent devant une foule en transe dans les eaux sacrées du Gange. La ville change à chaque fois, mais la ferveur reste la même. Cette fois, c’était à Haridwar. Ensuite, la foule se baigne aussi et de nombreux sauveteurs sont prévus, tant l’élan religieux de personnes pieuses peut les inciter à se jeter impétueusement à l’eau sans savoir nager ! La nuit venue, on confie au Gange protecteur une feuille de bananier où est fichée une petite bougie qui porte les prières du croyant au fil de l’eau. Une semaine aussi belle qu’émouvante pour ceux qui ne sont pas agoraphobes.
 
Juste avant le bain des sadhus nus à Hamritvar



Après la baignade, les fidèles confient leurs prières au fleuve saint

Les sadhus

Un ascète préférant la solitude de l'autre berge du Gange

C’est bien sûr au Japon que l’art du bain est porté au comble du raffinement. Toute auberge traditionnelle comprend ses bains où l’on doit se baigner nu après s’être au préalable lavé et douché, les femmes et les hommes étant en général séparés. Cet amour des japonais pour les bains a conduit à l’aménagement de vastes complexes réservés à ce plaisir. Celui de Yunessun, arrangé dans une région volcanique aux eaux naturellement chaudes et très prisé des Japonais, ménage des espaces naturels mais aussi de curieux bains au café, au vin ou aux goémons et c’est amusant de flâner de l’un à l’autre, dans ces espaces si conviviaux…

Dans l'immense complexe de Yunessun

Des espaces naturels dans cette zone volcanique

Mais aussi des bains au vin

Au thé

Aux goémons, excellents pour tonifier la peau

Puis retour aux lieux plus naturels


 

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire