lundi 16 octobre 2017

VISITE DE RAMBOUILLET

Rambouillet fait peau neuve 

L'entrée du château de Rambouillet
et son ancien donjon féodal

 Après deux ans et demi de travaux, le château de Rambouillet est de nouveau ouvert au public, présentant dans les salons du rez-de-chaussée autrefois décorés par la comtesse de Toulouse un ensemble de portraits prêtés par le château de Versailles. La famille de Bourbon-Toulouse-Penthièvre fut en effet propriétaire du château et du domaine de 1706 à 1783. Le comte de Toulouse, fils légitimé de Louis XIV et de Mme de Montespan, acheta le marquisat de Rambouillet en 1706, puis le légua à son fils, le duc de Penthièvre, qui dut le céder à Louis XVI en 1783. Grand chasseur comme tous les Bourbons, Louis XVI adorait en effet ce domaine si giboyeux et tenta de le faire aimer de Marie-Antoinette en lui offrant cette élégante laiterie où elle se plaisait à déguster avec ses belles amies lait et fromages. Mais la reine n’aima jamais cet endroit qu’elle nommait tout bas « la laide crapaudière », car ce territoire marécageux regorgeait de grenouilles et crapauds en tout genre. Elle n’y vint d’ailleurs que deux fois. Comme la reine avait décidé d’allaiter ses enfants, chose qui ne faisait guère à l’époque qu’en Angleterre parmi les familles fortunées, les sculptures de Pierre Julien, un jeune berger dont on avait reconnu le singulier talent, sont une célébration de l’allaitement.

L'élégant pavillon de la laiterie que Louis XVI offrit
à sa femme

Ornementation et coupole de la
salle de dégustation

Coupe en forme de sein

Sculpture de Pierre Julien pour la fontaine
aujourd'hui sans eau

Une table de marbre Empire est venue
remplacer l'originale, en bois

Non loin de la laiterie, se dresse au bord d’un joli canal une simple chaumière offerte par le duc de Penthièvre à la belle-fille qu’il adorait, la princesse de Lamballe. Cette meilleure amie de Marie-Antoinette fut détrônée dans le cœur de la reine par la sotte et cupide, mais ravissante, Yolande de Polignac. La princesse, refusant d’émigrer par fidélité à la reine, eut la fin tragique que l’on sait, dépecée vive par une foule enfiévrée de massacres.

La chaumière aux coquillages offerte par le duc de Penthèvre
à sa belle-fille la princesse de Lamballe

Tout l'intérieur en est tapissé de coquillages

Détail d'un bouquet de coquillages

Longtemps villégiature des présidents de la République, le château tout juste restauré ouvre donc sa suite de salons du rez-de-chaussée au public avec cette belle exposition de portraits. On y voit bien sûr Mme de Montespan, la famille du duc de Penthièvre et le comte de Toulouse représenté en amour, la belle princesse de Lamballe et un portrait peu connu de Marie-Antoinette, coiffée d’une toque de voyage, mais on peut s’étonner de l’absence presque totale de meubles, alors que le Mobilier National n’en manque pas…

Façade du château donnant sur les jardins et l'étang

L'étang veillé par deux groupes de statues

La princesse de Lamballe

Marie-Antoinette à la toque

Une élégante salle à manger dans le goût anglais si prisé de la reine


Domaine de Rambouillet, Tél. 01 34 83 00 25 et rambouillet-reservation@monuments-nationaux.fr.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire