jeudi 17 novembre 2011

LES BONS PLANS DE TINTINE


Tintine croque la pomme


L'opulence des pommes normandes

Pommes devant l'église de Cormeilles



Tous ces pommiers croulant cette année sous leurs fruits ! Ces pommes illuminées de jaune ou de rouge faisant encore une somptueuse parure aux vieilles branches torses ! Promesses pour Tintine la gourmande de tartes, confitures, marmelades, jus de pomme, vinaigre, cidre, pommeau ou calvados à la délicieuse odeur de terre normande.

Le pressage des pommes
Novembre est le temps du début de la fabrication. Les pommes ont été récoltées dans les vergers et s’entassent en tas colorés dans les exploitations fabriquant elles-mêmes leurs produits ou dans les distillerie achetant leurs récoltes aux cultivateurs.

Marie en tenue de combat devant ses cuves !

Son joli musée du cidre

Une savoureuse production maison

Haute comme trois pommes et d’un enthousiasme contagieux, Marie Bourut a racheté avec son mari, ingénieur agricole qui ne se lasse pas d’inventer de nouvelles machines pour sa jolie Marie, une bonne partie des vergers du Manoir du Val, en loue une autre partie et habite l’ancienne ferme de l’exploitation, située à quelques kilomètres au sud de Beaumont-le-Roger, dans l’Eure. Ils exploitent ainsi sept hectares de verger, plantés de quelques 4000 arbres portant dix variétés de pommes. « Il existe quatre types de pommiers à cidre, explique Marie, qui n’est pas Normande et s’est lancée dans cette production comme dans la plus exaltante des aventures. Les pommes douces, amères, douces-amères et acidulées. Leur mélange, petit secret de chaque producteur, déterminera la saveur du cidre, puis du calva. Aujourd’hui, grâce aux presses modernes, on obtient 800 litres de jus de pommes pour une tonne de fruits. J’en suis au stade du pressage. Les pommes ont été récoltées à la main, triées, puis lavées et enfin pressées. » Le jus de pomme obtenu peut être consommé ainsi ou mis à fermenter pour obtenir du cidre, doux et sucré lorsqu’il est peu fermenté, demi-sec ou brut, plus alcoolisé et plus fermenté.
Avec tous les outils anciens dénichés dans les greniers de la ferme, puis des dons d’autres producteurs, Marie a aménagé un pittoresque « musée du cidre », lorsque les pommes étaient encore pressées dans ces sortes d’auges en pierre où la meule en bois était tirée par un cheval.

Le Val, 27410 Saint Aubin le Guichard, Tél. : 0232434519 et voir le site http://manoirduval.free.fr

Toute la production peut être achetée sur place et des chambres d’hôtes existent au manoir.

Une production bio
C’est justement ce type de pressoir circulaire qui accueille Tintine au Domaine de la Baudrière, au sud d’Orbec. Là, Patrick Gagneur, producteur-récoltant comme Marie est aussi un éleveur de vaches allaitantes et un producteur de céréales. Tout son domaine est cultivé en Agriculture Biologique. Patrick a repris quant à lui la ferme de ses parents et l’a modernisée, exploitant sur 70 hectares 18 hectares de verger, ce qui suppose une production de 80 à 130 tonnes de pommes selon les années. Son label bio pour l’ensemble de sa production peut attirer les amateurs et quatre chambres d’hôtes à la ferme permettent de s’immerger vraiment dans la vie d’un agriculteur normand.

Patrick Gagneur devant son vieux pressoir

Une production bio

Domaine de La Baudrière, 27390 Verneusses, Tél. : 0232445088 et www.domainedelabaudriere.com

A la santé de Tintine

A Cormeilles, la plus grande distillerie de Normandie
Née du rassemblement de trois distilleries, Leblanc, Busnel et Année, la Distillerie Busnel, fondée en 1820 à Pont-L’Evêque, a déménagé à Cormeilles il y a seize ans et appartient aujourd’hui au groupe la Martiniquaise. Une fois obtenu le jus de pomme et le cidre qui doit au moins fermenter quatre mois, on procède à la distillation. Pour passer du cidre titrant à 6% d’alcool au calvados titrant à 70%, il faut chauffer le cidre en alambic. On utilise à présent des alambics à colonne – il y en a cinq dans cette distillerie. Après avoir traversé deux colonnes, le cidre parvient à la chaudière où il va être chauffé entre 80 et 100°. Les vapeurs d’alcool remontent alors la première colonne, dite colonne de barbotage. Au bout de six heures de distillation, on obtient une eau de vie transparente à 70°. Après deux distillations successives durant 18 heures dans les alambics « à repasse », on obtient le calvados Pays d’Auge, le plus prestigieux de tous. Reste à le faire vieillir, ici dans des fûts en chêne. Selon la contenance de ces fûts, 350 litres, 12 000 litres ou 30 000 litres, le calvados aura plus ou moins de contact avec le bois et sera plus boisé ou plus fruité.
Les vieux alambic en cuivre de la
distillerie de Cormeilles

Les fûts en chêne pour le vieillissement du calvados
Cette distillation dure de janvier à juin dans cette distillerie employant vingt personnes et pouvant à présent embouteiller jusqu’à 5 000 bouteilles à l’heure. Un maître de chais qui garde jalousement ses secrets se charge de l’assemblage pour obtenir : la fine (assemblage de calvados ayant entre deux ans et cinq ans d’âge), la vieille réserve (assemblage de calvados de quatre à dix ans), le Hors d’âge (entre 10 ans et 15 ans). Le calvados millésimé est ainsi désigné par le maître de chais qui se gardera de l’assembler en raison d’un goût particulier ; tel celui de 1988 gardé seize ans en fût.
Tous ces fûts, ces vénérables bouteilles, ces petits verres à dégustation donnent un peu le tournis à Tintine, mais on lui promet qu’ici aussi on nomme « part des anges » les vapeurs de calvados. Et Tintine de s’envoler sous le ciel toujours bleu de Normandie !

Distillerie Busnel, Route de Lisieux, 27260 Cormeilles, Tél. : 0232573880 et www.distillerie-busnel.fr







Adresse de charme
Isabelle devant sa ferme reconstituée des
Deux Cigognes, dans le Marais Vernier

En plein cœur de cette région à part de Normandie, le Marais Vernier asséché jadis par des Hollandais et encore sillonné de petits canaux avec, en son centre, une réserve de gibier d’eau, la Grande Mare, Isabelle Hue accueille Tintine dans sa charmante ferme faisant chambres d’hôtes, les Cigognes. Et Tintine d’apprendre avec ahurissement que la ferme n’a pas toujours été dans ce paysage d’eau et de saules, mais qu’elle y fut transplantée pierre à pierre, bois à bois. Les Deux Cigognes proposent aussi un spa aménagé en plein air, une chambre pour les amoureux, des vélos en location pour découvrir le Marais Vernier et les confitures d’Isabelle.
En forme de fût, le spa en plein air

La chambre des amoureux aux Deux Cigognes


Tél. : 0668033939, à partir de 49E pour deux personnes et www.211bis.fr

Les foies gras et les magrets de canards de l’Auberge du Président
Pour faire concurrence au Périgord, et une belle concurrence, Delphine et Fabrize Cazeaux ont décidé de faire confiance aux élevages d’oies et de canards normands et se sont fait une spécialité de foies gras et magrets. Et Tintine de juger le résultat du pari grandiose !

Auberge du Président, 70, rue de l’Abbaye, 27260 Cormeilles, Tél. : 0232578037 et www.hotel-cormeilles.com

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire