dimanche 15 juin 2014

COUP DE COEUR


La Clef des rives de Valère-Marie Marchand


 






Voici une bien jolie série de petits textes très poétiques que nous livre là Valère-Marie Marchand. Après trois portraits originaux de personnages aussi différents que le Facteur Cheval qu’elle suit dans ses vagabondages imaginaires, Boris Vian ou Rousseau (Le sable des chemins, Sur les pas du Facteur Cheval aux éditions du Sextant, Boris Vian, le Sourire créateur, Ecriture/Neige et Rousseau, les 7 vies d’un visionnaire, Ecriture/Neige), elle inaugure un genre nouveau, comme une respiration différente : de courts petits textes en prose. Beaucoup ont trait à l’eau, sans cesse nouvelle source d’inspiration pour Valère, mais aussi aux cieux, à des personnages de la mythologie, à Léonard de Vinci ou à Socrate avec lesquels l’auteur se permet une savoureuse intimité. Les mots sont forts, habilement ciselés, magnifiquement polis, toujours évocateurs. Je prise particulièrement ces quelques lignes sur le Gange, le fleuve roi et divin de l’Inde : « Le Gange n’est pas responsable des vivres ni des offrandes qui servent d’appâts aux appétits du ciel. Il n’a pas idée du déclin du jour, de la chaleur des corps, des mains qui se tendent vers lui, mais il devine aisément ce qu’on ne lui dit, notamment qu’il suffirait d’un seul rêve accompli pour que tous les autres s’exaucent. » Quelques mots, quelques lignes et toute la magie de l’Inde s’y trouve rassemblée. Un talent rare, un style incisif et précis qui incite au rêve et n’appartient qu’à elle.

 

Jusqu’à dimanche prochain inclus, on peut rencontrer l’après-midi Valère-Marie sur son stand 506B du Salon de la Poésie de la Place Saint-Sulpice, à Paris.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire