mardi 6 septembre 2016

FEERIQUE LAOS

Au Laos, Vang Vieng entre tradition et transgression

La grande rue de Vang Vieng

Le départ en kayak

L'ambiance sur la rivière

Il y a quinze ans à peine, ce paisible village de pêcheurs et d’agriculteurs récoltant riz et légumes surtout, situé en pleine jungle à 150 km au nord de Vientiane, blotti le long de la rive sud de la rivière Nam Song n’attirait personne. Ses monastères ne justifiaient pas à eux seuls un tel détour, non plus que les minuscules villages H’mongs des environs (une des ethnies minoritaires du Laos).

Le paradis des routards sportifs
Le spectaculaire paysage karstique aux falaises creusées de nombreuses grottes, la beauté de la Nam Song formant une île parfaite juste au nord du village, les roches propices à l’escalade ont peu à peu incité les tours opérateurs lao à y développer la pratique de sports nature. De petites agences se sont installées, proposant aux visiteurs de louer kayak ou chambres à air pour descendre sportivement ou plus passivement la rivière (tubing). Elles ont aussi organisé des treks et des excursions de spéléologie pour explorer les innombrables grottes perçant les roches dont certaines, connues depuis des siècles, étaient des lieux de dévotion bouddhistes. Puis des voies équipées de cordes et crampons (les via ferrata de chez nous) ont été mises en place – il y en a maintenant plus de 200 – et Vang Vieng est considéré comme le meilleur lieu d’escalade de toute l’Asie du sud-est.

Les fêtards remplacent les routards

On pratique le tubing dans les grottes

C'est la fête sur chaque passerelle

On tague les nouveaux arrivants

On se balade en vélo

Peu à peu, les premiers routards à investir les lieux, incitant les habitants à développer guest houses et petits restaurants, ont été imité par tous les fêtards parcourant le sud-est asiatique. Plus que les grandes villes, souvent chères et très contrôlées, telles que Bangkok, Phnom Pen ou même Vientiane, ce cadre idyllique en pleine nature a prouvé qu’il se prêtait aussi à la fête. Et les Lao, tout d’abord stupéfaits par les accoutrements et la descente des nouveaux arrivants, n’ont pas tardé à y voir une nouvelle manne. Que leur importe finalement les tatouages, percings, tags fluorescents, t-shirts provocateurs vantant par exemple les bienfaits de l’héroïne, insolites coiffures ? Le tempérament tolérant des Lao, leur immuable sourire et leur proverbiale gentillesse les incitent à s’accommoder de tout.
Pour satisfaire les demandes de ces nouveaux arrivants, ils ont installé en amont de l’île de Don Khang ou se situent les boîtes de nuit (Rock Bar, Smile Bar ou Sunset Bar) de vastes plates-formes équipées de bars, de tyroliennes et de toboggans géants, de nattes pour prendre le soleil. Les fêtards ont inventé une nouvelle version de la pétanque nationale : on remplace le cochonnet par des choppes de bière que le lanceur assez adroit pour y placer sa balle sans rien renverser doit aussitôt vider. Des haut-parleurs qui se font concurrence d’une plate-forme l’autre diffusent une musique assourdissante qui s’apaise heureusement une fois dépassé l’île de tous les plaisirs.
Dans un village H'mong des environs

Délicieux bébé H'mong

La sérénité des temples




Signification du mot « happy » en lao
Pour corser un peu ces rave parties, les Lao ont inventé le concept de « happy ». Une crêpe, une bière, un whisky « happy » sont corsés de bien des mélanges : opium, marijuana, champignons hallucinogènes ou amphétamines (yaba). Et les Lao n’ont pas toujours la main légère. Mieux vaut le savoir.
Si on veut éviter les excès nocturnes, on peut tout de même goûter à l’ambiance de ces plates-formes sans forcément consommer d’alcool ou de petits mélanges « happy ». De toute façon, les tours qui vous amènent avec kayaks ou tubs sur le toit de leurs véhicules s’arrêtent toujours à l’une ou l’autre des plates-formes. L’accueil reste bon enfant pour tous. On vous offre un verre de bienvenue, on vous tague de ravissants petits cœurs ou papillons fluos sur les parties que laisse à découvert votre maillot et vous pouvez gratuitement et sans grand danger vous exercer aux toboggans ou tyroliennes, pourvu que vous soyez resté sobre.

Le sourire du Laos

Passage d'une montgolfière

Coucher de soleil sur Vang Vieng

Ensuite, pourquoi ne pas se restaurer « à la romaine », vautré sur de moelleux coussins, dans l’un des restaurants-passerelles du village donnant sur la rivière et diffusant non stop des épisodes des Simpson ou de Friends ? La nourriture est bonne et bon marché. Seule contrainte imposée par les autorités du village, ne pas se promener dans les trois rues existantes en bikini ou maillot. La police ferme pudiquement les yeux sur les possibles excès des falang, les étrangers. Si de jolis bungalows pour touristes se sont peu à peu construits le long de la Nam Song, le centre de Vang Vieng bourdonne à présent du travail des excavatrices et autres bétonnières. Les Vietnamiens construisent au beau milieu du village un énorme hôtel de béton qui n’a bien sûr rien à faire là et la plupart des bars édifient partout de nouvelles passerelles. A vouloir devenir trop rentable, Vang Vieng verrait-il bientôt le déclin de ses beaux jours ?

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire