lundi 5 novembre 2012

EVASION


Escapades au Vietnam


 

 

 

 

 

Affolant pour le promeneur occidental, à Saïgon ou Hanoï, de se frayer un passage parmi la foule compacte de scooters fondant sur lui ! Une seule façon de procéder pour traverser une rue sans dommage : marcher droit devant soi sans jamais s’arrêter et, avec un peu de chance, les deux roues parviendront à vous éviter ! Chaque engin est surchargé, sacs et ballots divers, bambins et jeune passagère assise en amazone, parfois revêtue de la longue tunique flottante et fendue que les Vietnamiennes portent encore pour les fêtes. On est tout de suite frappé par l’extrême jeunesse de la population : 60% a moins de trente ans ! La plupart ont le visage masqué par un foulard pour se défendre de la pollution, pas bien nocive pourtant, ou du soleil. Les élégantes portent même de longs gants protégeant leur peau qu’elles veulent garder blanche.

 

Hanoï, la capitale du Nord
Magasin de plaques funéraires

Moins marquée par son passé colonial que son homologue du Sud, Saïgon et maintenant Hô Chi Minh-Ville, Hanoï a pourtant gardé un petit air français dans le quartier des ambassades, au sud du lac Hoàn Kiêm, avec ses villas aux volets bleus et sa spectaculaire cathédrale Saint-Joseph, au bizarre style médiévale. Ce qui fait le principale charme de la ville tient à ses grandes étendues d’eau, avec deux lacs et le Fleuve Rouge que franchit l’antique pont français baptisé autrefois Paul-Doumer. Le principal lac, Hoàn Kiêm est le rendez-vous des amoureux et de la jeunesse de Hanoï. C’est délicieux de flâner sur ses berges ou de louer l’un de ces curieux pédalos en forme de cygne qui sillonne ses eaux bleues. On peut ainsi se rendre sur l’île où se dresse un joli temple en forme de tour, la stûpa de Thap Rua. Un autre temple auquel on accède par un élégant pont de bois rouge a été construit au bord du lac, le temple Ngoc Son. A deux pas du lac s’élève le théâtre des Marionnettes d’eau, un spectacle typiquement vietnamien à ne pas manquer. Des marionnettes actionnées par de longues perches évoluent sur l’eau, retraçant les légendes et épopées vietnamiennes.
Quartier des Corporations à Hanoï
 

C’est là que commence le Quartier des 36 Corporations, le plus ancien de la ville. C’est un incroyable lacis de ruelles enchevêtrées où il faut errer à pied. Là se concentre une multitude d’échoppes où l’on trouve de tout, où s’exercent tous les métiers, on l’on peut savourer dans la rue une excellente soupe vietnamienne à toute heure du jour ou de la nuit. Dans ce quartier ont été construites les pittoresques maisons-tubes exhibant d’étroites façades bariolées d’à peine trois mètres de largeur pour une longueur de trente à quarante mètres, tout en béton, sans ouvertures. On paie ainsi moins d’impôt !
Le curieux petit temple du Pilier Unique

Entrée du Temple des Lettrés

Deux temples surtout font la renommée d’Hanoï, celui des Lettrés et celui du Pilier Unique. Le premier, très vaste, pourvu de nombreux autels où les fidèles viennent brûler des baguettes d’encens, fut construit au XVIIè siècle pour honorer les Lettrés ayant brillamment réussi à leurs examens, dont les noms et les titres sont mentionnés sur de nombreuses stèles de pierre. Le second, minuscule, érigé sur un seul gros pilier comme son nom l’indique, fut construit à la même époque par un roi désireux de s’assurer une descendance. Un autre haut lieu des pèlerinages vietnamiens est le mausolée de Hô Chi Minh, sur la place Ba Dinh où il proclama l’indépendance du pays le 2 septembre 1945. C’est un massif bloc sans grâce. On peut aussi voir la modeste maison sur pilotis qu’il habita entre 1958 et 1969.
Lac de l'Ouest

Marionnettes d'eau

Mausolée d'Hô Chi Minh

La campagne environnante, toute plate, est ponctuée par le vert luxuriant des rizières où l’on voit les femmes repiquer ou récolter le riz et les gros buffles noirs barboter dans la moindre mare. A une cinquantaine de kilomètres à l’ouest de la ville, deux villages d’artisans valent le détour et permettent de découvrir la vie rurale et les modestes maisons paysannes, en béton, ne comportant la plupart du temps qu’une seule pièce à tout faire. Celui de Vac s’est spécialisé dans la fabrique d’éventails et chaque famille y travaille. En papier joliment décoré, ils sont aussi parfois unis, les motifs étant formés par de multiples petits trous. Le second, celui de Van Phuc, se consacre au tissage et à la fabrication de vêtements de soie. Tout le village résonne du bruit des métiers à tisser et on trouve là de jolies tuniques à petits prix.
 

Fête villageoise à Binhda


 

L’incomparable Baie d’Halong

L'incomparable Baie d'Ha Long et ses villages flottants

 

Même si l’on a vu d’innombrables clichés de cette célèbre baie immortalisée par le film Indo-Chine, son spectacle surprend toujours. La légende raconte qu’un dragon descendu des montagnes métamorphosa en pierres les génies marins voulant le combattre. Dans une eau turquoise aux innombrables anses troués de grottes se dressent en effet des milliers de rochers arides tombant à pic vers la mer, féerique spectacle. La meilleure façon d’explorer cette baie est de la sillonner en jonque, louée à la journées, à bord de laquelles on peut aussi dormir et déguster des repas de fruits de mer. Si on choisit de partir de la plus grande île de la baie, Cat Bà, on fuit les circuits officiels et l’on se sent seul au monde pour aborder les pittoresques maisons flottantes des éleveurs de poissons. Ceux-ci achètent des alevins qu’ils nourrissent dans de grands viviers et vivent dans des minuscules maisons de bois bâties sur l’eau. A Cat Bà, dont la moitié du territoire est occupée par un parc national où l’on trouve encore des singes à tête blanche, une espèce en voie de disparition, on embarque à Along ou à Hai Phong, à bord d’une élégante jonque en bois comportant cuisine et cabines, pont pour prendre des bains de soleil. On peut se baigner toute l’année dans les eaux tranquilles de la baie et visiter les grottes, dont la plus spectaculaire est celle de Hang Sung Sôt.
Village flottant de Cat Bà

 


Petites filles de pêcheurs
 

Saïgon, la belle du Sud

Plus marquée que Hanoï par son passé colonial, Saïgon est une métropole moderne de sept millions d’habitants traversée par la rivière Sài Gon, mêlant gratte-ciel, villas cossues et échoppes de la ville chinoise de Cholon. Au coeur de la ville trône la cathédrale Notre-Dame, toute en briques roses, faisant face à l’immense poste centrale conçue par Gustave Eiffel. L’ancienne rue Catinat qui se déploie au pied de la cathédrale était au siècle dernier la promenade préférée des élégantes occidentales qui venaient y faire leurs courses ou s’asseoir à la terrasse d’un des nombreux cafés. Le long du quai Tôn Duc Thang, au bord de la rivière, s’élèvent les plus belles villas d’autrefois et l’élégant édifice des Messageries maritimes. Ce fut là que s’embarqua Hô Chi Minh en 1911 pour un exil de trente ans. Non loin de là, Diêm fit construire son palais présidentiel dans les années soixante qu’un tank viêt-công détruisit quinze ans plus tard.
La célèbre poste française de Saïgon

Ambiance de rue

L'imposant monastère de Thien Hau


C’est en arpentant le lacis de ruelles de la ville chinoise de Cholon, en humant la profusion de senteurs s’élevant des étalages des marchés de Binh Tây ou An Dông, en entrant dans un de ses innombrables temples où les fidèles brûlent des baguettes d’encens qu’on s’immerge le mieux dans l’ambiance asiatique de la ville. L’un des plus fréquenté, le temple Thiên Hâu où les spirales d’encens se tortillent au plafond fut érigé en 1835 en l’honneur de la déesse de la Mer. Une nuée d’enfants frappant de baguettes une pièce de métal appellent « à la soupe », les savoureuses soupes vietnamiennes vendues partout dans la rue.

Les savoureuses soupes vietnamiennes dont on chosit soi-même
les condiments
 

Le delta du Mékong : eau, riz et sampans

Baignée par les différents bras du grand fleuve, poumon du sud Vietnam, cette contrée d’eau et de rizières est sillonnée par les sampans. La plus grande cité du delta, le port de My Tho, riche aujourd’hui de 125 000 habitants, fut fondée au XVIIè siècle par des marchands chinois. Elle est cernée par des îles-jardins à l’exubérante végétation : île de la Tortue, de la Licorne, Dragon ou Phénix. Il faut errer le long des canaux et rizières de la ville d’eau de Vinh Long, visiter le temple Van Thang dédié à Confucius, suivre en sampan les routes liquides du marché de Cai Bè où les paysans et les pêcheurs viennent vendre en barques fruits tropicaux aux odeurs enivrantes, montagnes de légumes colorés ou produits de leur pèche. Si vous poussez jusqu’à la petite ville de Sa Déc, vous y retrouverez l’ambiance décrite par Marguerite Duras dans son beau livre, L’amant. Là sa mère dirigeait l’école de fille, là son amant chinois habitait l’élégant « palais Bleu », là une très jeune fille aux nattes brunes, Marguerite, hante encore les rives du Mékong.

 

 

Pour en savoir plus :

. Asia, 1, rue Dante 75005 Paris, Tél. 01 44 41 50 10.

. Selectour Voyages, Tél. : 01 55 07 12 10.

Hébergements :

. A Hanoï, Hôtel Sunway, non loin du vieux Hanoï, restaurant, bar et gymnase.

. A Saïgon, Hôtel Palace, à deux pas de la rue Catinat, restaurants et piscine.

 

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire