lundi 5 novembre 2012

CULTURE


Au musée Réattu d’Arles,

L’alliance Picasso-Christian Lacroix

 

Tintine a bien sûr admiré les nouveaux lieux de Marseille qui seront construits ou rénovés pour célébrer dignement, tout au long de l’année 2013, Marseille capitale européenne. Il y aura bien sûr la digue du large et l’intérieur du MuCEM, le nouvel aménagement du Grand Port Maritime, le Conservatoire de musique d’Aix-en-Provence, l’Eden Théâtre de La Ciotat, tout relooké pour la circonstance, qui va rouvrir ses portes, le futur Fonds Régional d’Art Contemporain, l’audacieuse Tour-Panorama de la Friche La Belle de Mai, sans compter plus de 400 événements, spectacles et expositions, de la musique, des concerts, des fêtes et des festivals partout pour tous les goûts et tous les publics. Ce sera évidemment grandiose. Mais Tintine, qui aime souvent à jouer les reporters décalés, s’est enthousiasmée, en attendant le coup d’envoi de Marseille-Provence 2013 qui débutera le samedi 12 janvier à 13 h, pour une exposition encore visible au musée Réattu (10, rue du Grand Prieuré 13200 Arles et www.museereattu.arles.fr) durant novembre et décembre.
 
A Arles, le musée Réattu dans un ancien prieuré des
chevaliers de Malte
 

Le lieu d’abord est superbe. Parmi les pierres austères de ce prieuré habité jadis par les chevaliers de Malte et renfermant maints souvenirs de cet ordre guerrier, le visiteur peut admirer la donation Picasso, 57 dessins offerts par le peintre lui-même à la ville d’Arles. Ils ont été enrichis pour la circonstance d’un émouvant portrait à l’huile de sa mère daté de 1923, d’un second portrait, cubiste cette fois, de la photographe américaine Lee Miller, peinte en Arlésienne bien sûr, d’une tête de mousquetaire, d’un pierrot et d’un arlequin, d’une représentation de l’artiste.
 
La mère de Pablo Picasso peinte par son fils en 1923


Portrait de la photographe américaine Lee Miller

L'homme à la guitare
 

Le grand couturier et créateur Christian Lacroix, fervent admirateur de Picasso dès son enfance, avoue s’être souvent laissé guider par son culte pour Picasso lors de ses inventions de thèmes de collections ou de costumes de théâtre. Il eut ainsi lui aussi sa période espagnole et dessina l’habit du torero Javier Conde. Présentés parfois côte à côte, peintures, dessins et chatoyants costumes dignes de Velazquez se reondent les uns les autres. Dans l’ancienne chapelle datant du XV è siècle du Grand Prieuré de Malte, la nef entière figure la scène de la Comédie Française. On y joue Phèdre. Les comédiens évoluent avec majesté, dans un éclaboussement de lumières, dans les costumes de Christian Lacroix qui auraient enchanté Picasso. Un enchantement mutuel. Un duo magnifique. Un duel amical.
 
Costumes dessinés par Picasso


Duègne espagnole de Christian Lacroix

Costume de Christian Lacroix
 
Tête d'Arlequin de picasso
Tapisserie de Christian Lacroix
Costume de Phèdre de CL présenté dans
la chapelle du prieuré

Costume de Christian Lacroix













 

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire