lundi 20 octobre 2014

L'EXOTISME FRANCAIS


Luxuriantes îles de Guadeloupe




Une anse si paisible à Marie-Galante

Idéale pour s'initier à tous les sports aquatiques, le centre de Saint-François,
sur Grande Terre, en Guadeloupe


La sauvage Pointe des châteaux sur Grande Terre
 

Même si chacun sait que notre belle île de Guadeloupe se compose en réalité de deux presqu’îles reliés par un mince pont, formant la Basse Terre à l’ouest, terre volcanique à la végétation plus exubérante et moins peuplée, et à l’est la Grande-Terre où se trouvent les principales villes, on ignore souvent que La Désirade, Marie-Galante et Les Saintes en font aussi partie.

 

Basse-Terre, la volcanique et la sauvage

Située sur une chaîne volcanique dominée par La Soufrière, le massif montagneux de Basse Terre est couvert sur 17 000 hectares par la forêt tropicale du Parc National, où sont balisés de nombreux itinéraires de randonnées permettant d’admirer chutes, bassins ou cascades faisant entendre leur murmure liquide. Bordée de plages de sable ou de galets, Basse-Terre abrite aussi la réserve sous-marine du Commandant Cousteau, située à Pigeon et Bouillante. Depuis quelques années, les équipes de plongeurs ont réussi, sous la conduite de chercheurs, à y reconstituer partiellement la barrière de corail presque moribonde, les coraux se repiquant dans le sable comme de simples plantes. A nouveau, on pourra y voir folâtrer comme de somptueux papillons les ravissants poissons qui y nichent, poissons perroquets, chirurgiens, coffres, fées lorettes au bleu presque phosphorescent, trompettes jaunes au curieux museau allongé.


 

Grande Terre et ses lagons couleur turquoise

Constituée par un vaste plateau calcaire propice à la culture de la canne à sucre et cernée de  calmes lagons aux eaux turquoise et paisibles, Grande Terre compte des villes importantes telles que pointe-à-Pitre, la capitale, Gosier, Les Abymes ou Port-Louis. Là se trouvaient de riches plantations où travaillaient les esclaves, certaines sont à présent désertées, d’autres toujours exploitées. C’est pour rappeler ces tristes temps de l’esclavage que se construit le long du port de Pointe-à-Pitre un gigantesque projet qui devrait être inauguré le 23 mai prochain, date anniversaire de l’abolition de l’esclavage, par François Hollande, mais ne sera pas encore achevé, le Mémorial Acte, un espace consacré, comme son nom l’indique, à la mémoire et évoquant 150 ans d’esclavage. Conçu par l’architecte guadeloupéen Pascal Berthélot comme deux boîtes noires juxtaposées, enserrées de racines d’argent et reliées entre elles par une arche métallique, l’ensemble de ces bâtiments couvriront sur une surface de 1,2 hectare une superficie globale de 4350 m2. En dépit de la réelle beauté du projet et de la nécessité de rappeler en effet les plus sombres heures de la Guadeloupe, on peut se demander si ce projet titanesque qui coûtera la bagatelle de 60 millions d’euros n’est pas quelque peu excessif, quand on sait que hôpitaux, hospices et logements sociaux auraient eu un grand besoin de rénovation…

L'hôtel le Créole Beach à Gosier

Le gigantesque chantier du Memorial Act à Pointe-à-Pitre

Un pittoresque cimetière aux petits damiers noirs et blancs

Au centre de la canne à sucre à Beaufort

Le Grand Cul de Sac Marin, l'un des plus vastes lagons des Antilles
et sa forêt de mangroves

Halte pour un 'tit punch dans le lagon

L'hôtel La Toubana à Fond-Thézan Sainte-Anne

 

Marie-Galante et son authenticité

Hormis les conditions de travail, bien sûr, on pourrait croire que le temps n’a pas coulé sur cette île peu visitée par les touristiques, sinon pour de brèves excursions d’une journée. Appelée aussi « la grande galette » pour sa forme toute ronde, Marie-Galante aux plages de sable blond ne comporte que trois communes, Grand-Bourg, plus paisible que son nom ne l’indique, Capesterre et Saint-Louis et est toute entière vouée à la culture de la canne à sucre, culture peu rentable aujourd’hui, mais conservée car elle reste la mieux adaptée au climat, et à ses distilleries de rhum, dont le célèbre domaine du Père Labat qui fournit rhum blanc agricole, rhum doré et rhum vieux.

Une belle peinture murale à Grand Bourg

Une case à Grand Bourg

Naïve peinture murale dans l'église de Grand Bourg

La Maison Murat sur une ancienne plantation de canne à sucre

Le célèbre rhum du père Dilat

 

Les Saintes, situées dans l’une des plus belles baies du monde

Cette baie incomparable, située à Terre-de-Haut, attire bien sûr nombre de touristes et de navigateurs, attirés par la magie de ses cases hautes en couleurs, ses petites barques de pêche, tandis que Terre-de-Bas attire plutôt les amateurs de produits artisanaux, chapeau de palme tressée, essence de bois d’inde, liqueurs et confitures de cerises peyil. Ne manquez pas le délicieux village de Petite-Anse ou une promenade le long des falaises.


 

La Désirade et sa réserve géologique

Située à seulement 4(mn par bateau de Saint-François, La Désirade au nom si poétique se découvre facilement à pied, vélo ou scooter car elle n’est pourvue que d’une seule route et s’étire le long d’un rocher long d’à peine onze kilomètres. Outre la superbe vue que l’on peut avoir du Morne du Souffleur et la visite des ruines de l’ancienne léproserie et de l’ancienne cotonnerie, ses îles de Petite-Terre, classées depuis 1998 réserve naturelle intégrale préserve à la fois forêt, salines, plages, lagon et récifs coralliens, ainsi que leur faune, tant terrestre qu’aquatique.

 
Pour bien organiser votre voyage dans les îles de Guadeloupe, contacter infoeurope@sitesdeguadeloupe.com et visitez leur site : www.lesilesdeguadeloupe.com.

 
Vannier à la Pointe des Châteaux

Un poisson coffre à la succulente chair

Fricassée de coquillage lambi et de patates douces

C'est la fête à Gosier !


Adorable petite musicienne au Créole Beach de Gosier

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire