vendredi 17 décembre 2010

Périple en Inde

La grande foire de Pushkar,
quand des chevaux aux yeux bleus observent
les chameaux grimés ou les vaches roses


Pour la foire de Pushkar, on se fait beau en famille

L'immense camp de Pushkar où l'on vient
 de tout le Rajasthan

Chaque année, à la mi novembre, lors de la pleine lune, 200 000 pèlerins adorateurs de Brahma le créateur, se rendent avec famille, cheptel et bagages à Pushkar où ils peuvent adorer leur dieu dans l’unique sanctuaire qui lui ait jamais été consacré.

Des talents d’artistes pour leur bétail
Ils arrivent à Pushkar parfois de fort loin, des immensités désertiques du Thar et des quatre coins du Rajasthan, dans des chariots bâchés. Ils sont tirés par des chameaux hautains, impassibles. Les suivent leurs plus belles bêtes, chevaux, chameaux encore ou vaches sacrées. Pushkar est d’ordinaire une paisible bourgade au nord d’Ajmer, serrée autour de son lac dominé par de molles collines. Les nouveaux venus dressent leurs tentes dans une vaste plaine spécialement aménagée pour cette foire, avec abreuvoirs pour les bêtes, le plus important, attractions foraines, petits bistrots ambulants. Aussitôt, les marchands de fruits, légumes ou beignets s’installent aussi sur le terrain. Les femmes des éleveurs préfèrent habiter en ville, dans des dharamsalas, des centres hôteliers bon marché, organisés pour les pèlerins. Bientôt, ce n’est plus qu’un concert de cris divers : les chameaux blatèrent, les chevaux hennissent, les vaches et taureaux meuglent à qui mieux mieux.


Les derniers éleveurs arrivent au camp en famille

Les nomades du Thar sont à juste titre
 renommées pour leur beauté

Nomade du Thar et son bébé

Partout dans le camp, on s’affaire. On peigne, on lisse, on tresse poils et crinières. Chevaux et vaches sont peints et chacun laisse libre cours à son imagination. Cette vache-ci a les cornes bleues, cette autre est teinte en rose et affublée d’un gros nœud passé autour de ses cornes. Des dessins de mains ocrées ornent la robe de ce cheval blanc. Cet autre, albinos, a de merveilleux yeux tendres, d’un bleu rivalisant avec celui du ciel. En fait, ce n’est pas l’iris qui est bleu, mais toute la cornée. De quoi rendre jalouses nos plus fameuses stars. Quant aux chameaux, on coupe leur toison laineuse de façon à y inscrire des motifs géométriques et on farde de khôl leurs grands yeux pensifs avant de piquer sur leur front une rose rouge leur donnant l’air de pompons girls. Il ne reste plus qu’à enfiler autour de leurs cous des séries de colliers – la place ne manque pas. A dix-huit heures précises, la nuit tombe brutalement, comme un rideau que l’on baisse.

Le premier soin est pour les bêtes
8 heures du matin, le camp s’éveille, les bêtes ont faim. Partout, avant de songer à faire chauffer pour eux-mêmes chaï (thé) ou chapatis (sortes de crêpes), les hommes sortent des chariots le fourrage emporté avec eux, foin souvent mêlé de grain. On mène les bêtes aux abreuvoirs. Les acheteurs commencent ensuite à examiner les bêtes qui les intéressent, scrutant les dents des chameaux pour en connaître l’âge exact, enfourchant soudain un cheval pour se lancer à plein galop dans le camp sans trop se soucier des gamins qui courent partout, palpant le flanc des vaches ou les attributs virils des taureaux.
9 heures du matin. Déjà, les palabres commencent, interminables comme il se doit en Orient. Simple question de politesse. Une affaire trop rondement menée serait un manque de considération pour le vendeur comme pour l’acheteur.
10 heures du matin, les femmes, revenues des dharamsalas et ayant terminé leurs dévotions à Brahma peuvent maintenant s’occuper des tâches qui leur incombent : empiler les matelas, laver le linge s’il y a lieu et surtout, préparer l’indispensable marmite de riz, curry et légumes, viande et alcool étant interdits dans l’enceinte de la ville sacrée. Ces préparatifs vont mijoter toute la journée sur les braises. Chacun se sert quand il veut, puisant à pleine main dans la marmite, car en Inde, il n’y a pas d’heures fixes pour les repas. On mange lorsqu’on a faim.   


Cheval dansant
    

La jalousie d’une femme
11 heures, bêtes et humains repus, ceux qui ne sont pas encore allés priés leur créateur s’entassent dans des chariots ou chevauchent des motos, de la marque Tata, bien sûr. Une légende explique pourquoi ce temple de Brahma, situé à l’ouest du lac Pushkar, serait unique dans son genre. Le dieu, désireux de célébrer, comme chaque matin, une puja ou cérémonie d’offrandes, avait besoin de la présence de son épouse Savitri pour ce faire. Or cette coquette n’était pas prête. Lassé de l’attendre, Brahma épousa alors une belle fille de Pushkar pour que la cérémonie puisse avoir lieu. Furieuse, Savitri lui jeta un sort : aucun autre temple ne lui serait jamais consacré.
Ce temple, qui aurait un millier d’années et est l’un des plus sacrés d’Inde, est curieusement accessible aux non hindous. Une volée de marches au portail gardé par des oies, bordée de murs couverts d’ex-voto mène au sanctuaire. On ne peut le photographier et il ne faut y introduire aucun objet de cuir, réputé impur. Les vieilles pierres sont gaîment peinturlurées d’orange et de bleu et rivalisent d’éclat avec les saris multicolores ou les lourdes jupes rouges des femmes du Rajasthan aux bras couverts de dizaines de bracelets d’ivoire. La foule est très dense. On se presse pour apercevoir l’effigie du dieu, disparaissant presque sous ses offrandes de fleurs. C’est une statue à trois têtes, assez grossière. Pour tout dire, plutôt moche…



Jument albinos et son poulain














De merveilleux yeux bleus

Elégantes aux courses

Un lac sacré né d’un pétale de lotus
12 heures, les pèlerins doivent encore accomplir leurs ablutions sacrées dans le lac, né paraît-il d’un pétale de lotus. C’est dire s’il est sacré ! Un peu partout autour du lac ont été crées de vastes bassins réservés à ces ablutions et empêchant les noyades de pèlerins trop zélés, ayant oublié qu’ils ne savaient pas nager. L’eau est glacée à cette période, mais qu’importe. Chacun s’y immerge par trois fois. Les gamins barbotent. Tous ressortent passablement frigorifiés, mais dûment purifiés.
13 heures, retour au camp. Les bains ont donné faim. On se presse autour des marmites, on nourrit les bêtes, on les abreuve ou leur fait une nouvelle toilette, de la tête aux sabots. Les palabres reprennent avec vigueur.

Les périlleuses courses de chameaux
14 heures, début des premières courses de chameaux dans le stade. La foule se presse sur les gradins. Les « jockeys », assis très en arrière de leurs bêtes, n’ont aucun étrier et ne les dirigent qu’à l’aide d’une corde passée dans les naseaux. Les tournants sont secs et les chutes nombreuses. Certaines bêtes ne parviennent pas à les prendre et foncent droit sur la foule, que les policiers font vite reculer. Un « jockey » à la longue chevelure noire lui battant les reins est l’incontestable vainqueur d’une première course, une seconde, une troisième. Acclamé par la foule, il est porté en triomphe. Les acheteurs se pressent déjà autour des trois bêtes qu’il a menées à la victoire. Les courses se succèdent tout l’après-midi. Les enjeux deviennent frénétiques. On parie. On achète dans la fièvre.
17 heures, certains profitent du jour finissant pour aller examiner dans leurs tentes aussi chamarrées que celles des maharajas en campagne les plus beaux coursiers qui disputeront le lendemain d’autres courses. Si un chameau de course peut s’acheter jusqu’à 45 000 roupies (un euro vaut environ 60 roupies), un riche Indien n’hésitera pas à mettre 100 000 roupies ou plus dans ces magnifiques purs sangs nerveux et aussi rapides, dit-on, que le vent du désert.
18 heures, les derniers pèlerins quittent les ghâts (les marches) sacrés menant au fleuve. Les chariots, déguisés en palanquins avec leurs drôles de bâches rouges, regagnent le camp. La grande roue s’arrête. Le soleil teinte de rose le lac né d’un lotus. Une nouvelle nuit tombe sur la plus grande foire de l’Inde.


Les courses de chameaux sont follement populaires
  

Belle aux cornes bleues





















Fiche technique
. Un visa est obligatoire. Allez sur le site de VFS France, vfs-in-fr.com pour une pré inscription ou passez par Action-Visas.com, 10, 12, rue du Moulin-des-Prés, 75013 Paris.
. Vols directs Paris-Delhi, Air France, tarifs intéressants si on s’y prend d’avance, voir airfrance.fr, Air India, airindia.com, Delta Air Lines en partenariat avec Air France, voir delata.com ou Gulf Air, voir gulfair.fr.
. Comment organiser votre voyage. Si vous êtes précis et savez ce que vous désirez, avoir recours à une agence de voyages de Delhi vous reviendra bien moins cher que si vous vous adressez à un tour français, mais n’oubliez pas de discuter les prix. Demandez Muna, à India Tours Development Co, au L-23/7, Middle Circle, Connaught Place à Delhi, indiatoursco@live.com. Il peut vous fournir un chauffeur, réserver vos vols intérieurs, vos hôtels, confirmer vos vols retours, etc.
Si vous préférez tout organiser d'avance, adressez-vous à Compagnie du Monde, 5, av de l'Opéra, 75 Paris, Tél. : 01 53 63 33 42.

Cette chamelle en rit encore
Deux copines buvant un pot
Rencontre amoureuse



Un éleveur assorti à sa  vache


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire