jeudi 28 mars 2013


D’un penseur l’autre

Denis Diderot Langres

L'une des magnifiques portes à Langres

La maison natale de Diderot

Sa statue par Bartholdi
 

En comparant la grandiose réussite du Mémorial Charles de Gaulle de Colombey-les-Deux-Eglises à la (relative) modestie du musée Diderot, à Langres, Tintine se dit que pour rester un grand homme (ou femme ?) dans l’esprit de ses compatriotes, pas de doute, rien ne sert travailler vingt ans durant à la rédaction de l’Encyclopédie, mieux vaut partir à temps et s’attabler de son vivant à la bonne installation de sa propre gloire ! Enfin, lorsque sera enfin ouverte au public la somptueuse Maison des Lumières Denis Diderot et son Café Littéraire, ancien hôtel Du Breuil de Saint Germain en cours de rénovation, l’égalité sera un peu rétablie entre les deux penseurs…

Denis Diderot est né le 5 octobre 1713 à Langres, la cité la plus fortifiée d’Europe avec ses 8km de remparts en comptant la citadelle, dans une maison que l’on peut voir de la place à son nom portant sa statue par Bartholdi. Son père Didier, maître coutelier, appartient à la corporation des artisans et Denis peut fréquenter le collège des Jésuites. Déçu dans son ambition de devenir chanoine, alors que son frère cadet Didier-Pierre y parviendra, il gagne Paris où il ne tardera pas à mener une vie de bohème que réprouve sa famille, allant jusqu’à épouser sans le consentement paternel le 6 novembre 1743 une certaine Anne-Toinette Champion, qui n’est pas de « sa condition ». C’est grâce à « soeurette », sa bien-aimée sœur Denise, qu’il ne rompra pas les liens avec sa famille et Langres, disant d’elle : « J’aime ma sœur à la folie, moins parce qu’elle ma sœur que par mon goût des choses excellentes ».
La future Maison des Lumières

Son élégante échauguette

Vierge à l'Enfant dans l'une des 75 niches
de la ville 
 

Ce n’est qu’au XIX è siècle que les Langrois découvrent, enfin, l’œuvre du philosophe, romancier, conteur, essayiste et critique d’art, la ville si catholique lui pardonnant mal son ironie mordante et ses propos parfois acides de libre-penseur. Dans l’Encyclopédie pourtant, en mémoire de Langres et de ses artisans, il accorde une place prépondérante à la revalorisation du savoir-faire – et l’on ne peut s’empêcher de penser à l’atelier familial de coutellerie et d’instruments chirurgicaux qu’il connut si bien. La ville s’enorgueillit aujourd’hui de posséder trois exemplaires originaux de la fameuse Encyclopédie dont il est l’un des auteurs les plus connus aux côtés de d’Alembert, et les travaux, à la Maison des Lumières, vont bon train pour rendre enfin justice à celui qui ne fut pas toujours l’enfant chéri de Langres.

 
La voûte nervurée de la tour de Navarre

Son extraordinaire charpente


Office du Tourisme du Pays de Langres, Tél. : 03 25 87 67 67 et www.diderot2013-langres.fr

 

 

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire