lundi 18 novembre 2013

FEERIE

                                        Chantilly by night

 


Le féerique château de Chantilly semblant posé sur l'eau

Une bibliothèque exceptionnelle pour un prince collectionneur

La Grande Galerie où l'accrochage est resté tel que l'avait imaginé
le duc d'Aumale


Dîner entre amis aux chandelles à Chantilly, dans la belle salle voûtée du restaurant, après une visite privée de cette somptueuse demeure, Tintine se croirait revenue au temps du Grand Condé, lorsqu’il attendait le retour de la faveur royale, ou, au XIX è siècle, dans le château agrandi et embelli par le duc d’Aumale. Il y recevait l’élite intellectuelle et artistique de son époque pour lui faire admirer ce qu’il avait de plus cher au monde, ses précieuses collections de tableaux et de livres rares, dont un manuscrit en sanscrit !
 
La sainte famille de Salvi

Marie-Antoinette dauphine

Portrait de Simonetta Vespucci par  Piero di Cosimo

Marie-Caroline de Naples par Mme Vigée-Lebrun
 La visite commence par l’immense Galerie des Cerfs, ainsi nommée pour la suite de tapisseries des Gobelins qui y sont accrochées et qui figurent les chasses de l’empereur Maximilien, représentées d’après les cartons de Bernard van Orley. C’était aussi la salle à manger d’apparat du prince collectionneur qui légua son domaine enchanté à l’Institut de Franc en précisant que rien ne devait sortir de Chantilly et que l’accrochage des tableaux devait demeurer tel qu’il l’avait conçu. C’est ainsi que l’on peut voir, dans la vaste Galerie de Peinture, disposées un peu pêle-mêle, des œuvres de Carrache, Guido Reni ou Salvator Rosa, des peintures historiques de Philippe de Champaigne ou de nombreux sujets orientalistes rappelant l’amour du duc d’Aumale pour l’Algérie où il s’était illustré par la célèbre prise de la smalah d’Abd el-Kader. Les quelques huit cents tableaux de Chantilly sont encore exposés dans les galeries dites du Logis, dans la Salle Clouet où sont représentés la plupart des rois et princes français de la Renaissance ou la Salle Caroline, du nom de la duchesse d’Aumale, Marie-Caroline de Bourbon-Sicile ou encore le Salon d’Orléans, consacré aux dentelles et porcelaines, la Salle Isabelle et bien d’autres.

Sous le dôme de la Tribune, le duc d’Aumale avait rassemblé ses chefs d’œuvre, dont le célèbre portrait de Piero di Cosimo, des œuvres de Poussin, Champaigne, Prud’hon ou Delacroix…
 
Le Grand Salon et ses meubles de cour

Détail des boiseries

Le petit salon à la harpe
 

Arpenter la nuit la suite des appartements princiers parfait l’illusion d’être devenu un hôte de  marque. Boiseries de rêve dont les ors brillent doucement, panneaux peints, salon oriental illustré de charmants petits singes, galerie du Grand Condé rappelant ses victoires et son désir de s’amender, charmant petit salon à la harpe et collection de meubles royaux. De coûteuses rénovations en cours rappellent l’amour de l’Aga Khan pour cette demeure privilégiée, mais si lourde à entretenir… Champagne pour se sentir le cœur à la fête, puis dîner intime dans la belle salle voûtée du restaurant que l’on peut louer, le temps d’une féerie, pour déguster foie gras, agneau ou suite de déserts bien sûr agrémentés de la célèbre crème Chantilly que le chef réalise sous les yeux des convives.

 


Le restaurant de La Capitainerie, situé sous les voûtes
de la cuisine de Vatel


En note :

. Restaurant La Capitainerie, situé sous les anciennes cuisines de Vatel, voir restaurant@domainedechantilly.com; Tél. 03 44 57 15 89 (pour individuel) et 03 44 27 31 74 (pour les groupes), afin de vous prendre, l’espace d’une soirée, pour les maîtres de Chantilly… Ou plus modestement, un salon de thé est ouvert de 12h à 17h45 !

. Créée en 2005 par Son Altesse l’Aga Khan, qui partage l’amour des chevaux de son père et son grand-père, la Fondation pour la sauvegarde et le développement du domaine de Chantilly, s’occupe aussi des fameuses écuries de Chantilly. L’Institut lui a donné vingt ans pour mener à bien cette mission.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire