mercredi 2 mars 2011

EN ECOSSE AVEC BONNIE

L’Ecosse avec le dernier des Stuart

En Ecosse, mais surtout dans les Highlands, sauvages contrées du Nord, on vénère la mémoire de Bonnie prince Charlie, le dernier des Stuart qui tenta de reconquérir son royaume à la pointe de son épée sous le règne de Louis XV.
Charles Stuart, beau, adulé et follement brave
  
Un roi sans couronne
Né en 1720 à Rome, Charles Stuart connut l’existence difficile des exilés. En visite à Versailles, il sut convaincre Louis XV d’entreprendre un débarquement en Angleterre pour reconquérir la couronne de ses ancêtres, mais l’expédition maritime fut anéantie par la tempête. Alors Charles tenta l’impossible. Avec six compagnons, sans armes, sans hommes et sans argent, à vingt-cinq ans, il débarqua à Eriskay, île de l’ouest de l’Ecosse, puis rallia les chefs de clans des Highlands, séduits par cette folle bravoure. On lui donna bientôt ce surnom de « Bonnie prince Charlie » sous lequel il allait s’illustrer, le charmant prince Charles. Il n’était pas seulement beau et brillant orateur, mais aussi d’un courage et d’une résistance peu communs, qui forcèrent l’admiration de ces hommes rudes. Il voulait marcher sur Londres et s’emparer du pouvoir, mais les clans écossais préféraient un roi régnant en Ecosse. Ils le suivirent pourtant jusqu’à Carlisle, puis tinrent conseil et décidèrent de rebrousser chemin. C’en était fait du beau rêve.
Charme mélancolique du Lochnagar

Masdure au bord du Loc Linnhe

Pour s’immerger d’emblée au sein des paysages les plus tourmentés d’Ecosse, il est bon de choisir un vol pour Inverness, capitale régionale des Highlands, à l’extrémité nord du célèbre Loch Ness. Cette paisible ville provinciale se blottit au bord de la rivière Ness que domine un château de grès rouge d’époque victorienne. Son principal intérêt est le centre piétonnier, où l’on rencontre joueurs de cornemuse et magasins de pulls et écharpes en cachemire et où le Scottish Kiltmaker Center fait découvrir l’histoire du kilt. Dès qu’il posa le pied en Ecosse, Charles Stuart adopta ce seyant costume traditionnel des clans écossais, encore très en vogue lors des fêtes. Il est constitué pour les hommes d’une jupe plissée s’arrêtant aux genoux et pour les femmes aux chevilles. On l’accompagne d’un tartan, large écharpe posée sur l’épaule. Chaque clan se différencie par le motif de l’écossais qu’il arbore, à fond rouge pour les Stuart. Les boutiques de souvenirs ne manquent pas à Inverness et la plupart proposent de drôles effigies d’un beau vert de Nessie, le prétendu monstre préhistorique qui hanterait les eaux bleues du Loch Ness, même si les diverses expéditions scientifiques n’ont jamais rien trouvé…
Si le temps est beau, il faut réserver une place sur un bateau pour explorer cet étroit Loch Ness, long de 37 km et rejoignant Fort Augustus au sud. Bordé par de molles collines, le loch est dominé par les ruines grandioses d’Urquhart Castle. A huit kilomètres à l’est s’étend la plaine de Culloden, qui n’aurait pas grand intérêt si elle n’avait été le théâtre de la terrible défaite des Jacobites (les partisans des Stuart), commandés par Charles au nom de son père Jacques. A midi, en ce 16 avril 1746, à l’issue de l’affrontement, près de 2000 hommes gisaient sur le champ de bataille… comme le retrace le NTS Visitors Center, près d’Inverness.
Distillerie de Braemar, que Charles aurait adoré


L’ouest sauvage
Une mer furieuse et noire battant des roches tout aussi noires, une lande austère traversée de torrents, peuplée de masures, des champs d’un vert cru, telle fut la première vision que Charles eut de son royaume, désolation romantique des Highlands. Il alla ensuite à Fort William, principale ville de la côte ouest. De là, Charles et son armée gagnèrent Fort Augustus, sur le Loch Ness où certains ont cru voir Nessie, monstre préhistorique. Dans la ville pullulent ses effigies !
A Mallaig, une mer grise bat des roches sombres, une lande austère est semée de masures à toits de chaume et alterne avec des prairies d’un vert cru où paissent moutons ou vaches à frange rousse. Non loin du port, sur le Loch Cluanie, se dresse l’impressionnant château d’Eilean Donan, ancienne place forte jacobite détruite en 1719 et reconstruite à l’identique
Joueur de cornemuse d'Eilan Donan Castle

Les jeux des Highlands à Braemar
A 40 kilomètres au nord, Braemar est renommé pour ses jeux. Charles Stuart, sportif et vigoureux, adorait ces jeux écossais qui avaient lieu alors à chaque rencontre de clans, au son des cornemuses et il y excellait : épreuves de force, lancer de tronc, poids, marteau, et bonds de délicieuses petites danseuses. Depuis 1820, ceux de
Ouverture des jeux de Braemar
Braemar ont lieu chaque premier week-end de septembre. S’y rassemblent en plein air 16 000 spectateurs venus saluer les exploits de 2000 participants. Tous sont vêtus du kilt aux couleurs de leur clan, bonnet à plumes d’aigle, plaid drapé sur l’épaule, poignard au côté, poche en blaireau sur le ventre, longues chaussettes. Les jeux terminés, on se retrouve à la distillerie de Lochnagar aux antiques alambics de cuivre pour déguster un choix de vieux whiskies aux puissants aromes. Et Charles Stuart, qui avait goûté aux délices du whisky, était connu pour parfois en abuser…
Jeux de Braemar, lancer du tronc

Jeux de Braemar, la corde

Petites danseuses de Braemar

L'obligatoire pause boisson !


Ephémère régence à Edimbourg et fuite à Skye 
En prenant la direction d’Edimbourg, on passe par Blair Atholl, où s’élève toujours l’élégante façade blanche du château ducal. Bonnie y séjourna deux jours.
A Edimbourg, il s’installa en maître dans le château cher à Marie Stuart. « Bonnie prince Charlie » y fut l’éphémère régent adulé des Ecossais.

Petit port de Plockton

Vache écossaise près de Portree

Ravissant port de Portree dans l'île de Sky
 où se réfugia Bonnie vaincu

Située sur l’estuaire de la Forth, Edimbourg, capitale de l’Ecosse, comprend la vieille ville et la nouvelle, au nord, plus commerçante et composée de belles maisons georgiennes. La vieille ville s’étend de l’important château fort juché sur son piton rocheux, à l’ouest, jusqu’au palais d’Holyrood, à l’est, où résidèrent Marie Stuart au tragique destin, puis Charles, son descendant. La rue principale, Lawn Market prolongée par High Street, traverse la vieille ville et permet de découvrir les principales curiosités, maison d’un marchand de Gladstone’s Land, musée des écrivains de Lady Stair’s House, Royal Museum, magnifiques voûtes à nervures de la cathédrale Saint Giles, Maison du Parlement ou la plus ancienne demeure de la ville, celle de John Knox, fanatique prédicateur protestant opposé à la très catholique Marie Stuart. Quand la vieille ville médiévale déborda de ses remparts, le maire d’Edinburgh confia à l’architecte James Craig, au XVIIIe siècle, le soin de concevoir une ville nouvelle. Et il imagina cette succession de beaux hôtels particuliers, espaces verts et places aérées. Au n°7 de Charlotte Square, la Georgian House offre aux visiteurs un bel échantillon du mobilier écossais de cette époque. Quant au beau prince Charles, malgré la défaite de Culloden et les brimades qui suivirent, il est toujours chéri des Ecossais. Ainsi, au château de Traquair, au sud de la ville, ancienne maison forte du XVe siècle toujours habitée où il résida, le cinquième comte décida, quand Charles eut quitté le pays, de fermer son portail principal jusqu’au couronnement d’un futur roi catholique. Nul ne l’a rouvert depuis…


ECOSSE PRATIQUE

·       S’y rendre
- En avion : British Airways assure 9 vols directs par jour de Paris-Roissy  à Londres-Heathrow à Inverness. Comptez 1 heure 20 de vol. Puis 3 vols directs par jour Londres-Gatewick à Inverness, 1h45 de vol. Tél. 08 70 789 789 (prix à la minute). www.british-airways.com
- En train : prenez l’Eurostar gare du Nord  jusqu’à Londres-Saint Pancras (2H20). De là, gagnez la gare de King Cross pour prendre le train jusqu’à Edimbourg, 4h de trajet, par la compagnie GNER, www.nationalexpress.com. Eurostar, Tél 01 70 70 60 99., www.eurostar.com

Hôtels de charme
- Le Glenmoriston Town House à Inverness : situé au bord de l’eau, au décor moderne, offre 30 chambres confortables et des salles de bain avec baignoires en marbre. 20, Ness Bank. Tél.00 44 14 63 22 37 77, www.glenmoriston.com
- Le Viewfield House à Skye : dans le délicieux port de Portree, a gardé tout le charme d’une demeure vieille de 200 ans. 12 chambres d’hôtes. Adresse, Portree suffit car il n’y a qu’une seule rue, Tél. 00 44 14 78 61 22 17, wwwviewfieldhouse.com 
- Le Bank Hotel à Edimbourg : dans Old Town, près du Royal Mile, c’est une ancienne banque reconvertie en hôtel. Chacune des 9 chambres commémore un Ecossais célèbre. 1 South Bridge. Tél. 00 44 13 15 56 99 40, www.bankhotel.com
- L’Albany Hotel : dans New Town, il se compose de trois belles maisons georgiennes classées monument historique avec 43 chambres. Son restaurant en sous-sol, le Haldanes, sert poissons et fruits de mer. 39 Albany Street. Tél. 00 44 13 15 56 03 97, www.albanyhoteledinburgh.co.uk

·       Se renseigner
-       Visitscotland : c/o Agence TQC, 59, rue du Fb Saint-Antoine, 75011 Paris, Tél. 01 47 66 63 37 vous organisera un voyage à la carte.
-       Internet : consultez geraldineenecosse.over-blog.com, l’amusante expérience pendant plus de trois mois d’une étudiante, avec des photos sympas.
-       Formalités : carte d’identité ou passeport en cours de validité.



Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire